top of page

Les choix de décoration : le second pilier d'un intérieur éco-conçu en architecture intérieure

Dernière mise à jour : 5 déc. 2022




Pour concevoir un projet en gardant en tête une démarche éco-responsable, il y a selon moi trois piliers qui entrent en jeu :



Les choix de décoration


Maintenant que l’on a bien réfléchi à la structuration de nos volumes intérieurs en fonction des évolutions sociales et sociétales, de sorte à ce que l’on n’ait pas à recasser des murs tous les quatre matins, on va pouvoir passer au crible tous les choix qui constituent un décor intérieur : ça va de la sélection du revêtement de sol à la comparaison des tissus pour les rideaux, avec tout un éventail de choix à faire entre les deux.


A mon sens, le premier choix à faire est de choisir la non-tendance.

Je m’explique : pendant des années, j’appliquais ce que l’on m’a appris, à savoir : demander au client dans quel style il se plaît le mieux. Et comme la plupart des gens sont influencés par les tendances, on tombait quasiment tout le temps dans le mille avec des vagues de campagne chic, de style industriel, de scandinave, de jungle, etc. Le problème, c’est qu’une fois que le style est bien en place et que la société de consommation a décidé de passer à autre chose, les clients AUSSI passent à autre chose, avec une série de sentiments qui vont les amener à changer de déco comme de chemise :

  • Avant tout, il y a la frustration : tout le monde a la même déco, alors qu’ils pensaient avoir été précurseurs en adoptant ce nouveau style pas encore tout à fait à la mode (eh ouai, ça va très vite, la mode…).

  • Ensuite, il y a la lassitude : comme leur « chez eux » est devenu aussi leur bureau, le chez eux de leurs voisins, de l’oncle, de la belle mère et j’en passe, leur déco finit par leur sortir par les yeux.

  • Puis vient l’envie de changement : on prend les mêmes et on recommence, il paraît qu’un nouveau style débarque du Nord, on va impressionner les copains !




J’exagère un peu, mais malheureusement pas tant que ça ! On pourrait d’ailleurs penser que je viens de vous décrire ce qu’est l’ACV (Analyse du Cycle de Vie) d’une tendance, seulement dans cette analyse, il y a un gros hic : ce cycle de vie dure de moins en moins longtemps, car les tendances se remplacent de plus en plus vite. Encore et toujours…


Alors faire un choix de non-tendance, qu’est-ce que c’est ?


Eh bien c’est tout simplement être à l’écoute des clients et du marché, pour créer une ambiance qui sache sortir des sentiers battus tout en répondant à ce qui fait vibrer les clients depuis à peu près toujours. Créer un décor atemporel permet non seulement d’éviter ce cycle de sentiments qui fait changer les clients de décor comme de chemise, mais aussi d’aller chercher des produits qui n’entrent pas forcément dans une « collection », car une fois de plus, la déco fonctionne comme la mode : des entreprises établissent des cahiers de tendances, en prédisant ce qui va fonctionner dans l’année à venir (les couleurs, les matières, les origines, etc.), et tous les industriels se basent sur ces cahiers de tendance pour créer leurs collections. Résultat, on se retrouve avec des produits bon marché fabriqués à l’autre bout de la planète, parce qu’il faut fabriquer vite et en quantité, et 6 mois après, on envoie à l’enfouissement les invendus pour laisser place à la nouvelle tendance dans les magasins. Vous trouvez ça normal, vous ?

En France, on a la chance d’avoir des savoir-faire vraiment qualitatifs dans plusieurs domaines de l’artisanat, et c’est vers eux que l’on peut se tourner pour créer nos moutons à 5 pattes, que les grandes enseignes ne savent pas faire. C’est avec eux que l’on va pouvoir travailler des matières nobles, durables, pour créer des produits uniques et adaptés aux clients comme à leur intérieur, de sorte à ce qu’ils n’aient pas à en changer régulièrement.

Beaucoup pensent que le fabriqué français coûte plus cher, que le sur-mesure est élitiste, etc.


Mais au final, si l’on met bout à bout toutes ces dépenses compulsives au fil des années, ne serait-il pas plus économique de consommer mieux et moins dès le départ ?





Et sans aller faire dans le sur-mesure total, il y a pleins d’autres solutions pour être plus responsable dans les choix de ses matériaux, mobiliers, luminaires. Quand on se penche sur l’ACV d’un produit, on peut se rendre compte qu’il y a une multitude de critères qui entrent en jeu pour dire si oui ou non, ce produit est éco-responsable, et surtout, à quelle échelle : sourcing de la matière première, procédé de fabrication, énergie, transport, emballage, recyclabilité, réparabilité… ce n’est jamais simple de faire le tri face à ces montagnes d’informations, et encore moins avec les labels qui fleurissent de partout et dont on ne connaît pas vraiment ce qui se cache derrière, surtout quand des marques de la grande distribution créent elles-mêmes leurs "labels" (avec beaucoup de guillemets) pour nous balancer des feuilles vertes à coup de canon dont elles ont-elles-mêmes pris la liberté de rédiger leurs critères de notation.

Une bonne façon de faire le tri, c’est déjà de prendre quelques minutes pour se renseigner auprès du fournisseur (que ce soit du canapé, du sol, du luminaire, peu importe). En appelant son contact privilégié, on sait rapidement si la marque est à l’aise avec sa production : est-ce que c’est fabriqué en France ? d’où vient le tissu ? est-ce du bois certifié ? Comment est-ce fabriqué ? Transporté ? Etc.

Sans être un expert de l’ACV, on sait rapidement détecter si le discours est purement commercial ou si les valeurs transpirent dans chaque action de l’entreprise. C’est simple, quand j’en parle avec mes fournisseurs, il y a ceux qui savent de quoi ils parlent et qui ont des paillettes dans les yeux, et il y a ceux qui ont l’impression d’être piégés à la première question qui gratte un peu le vernis, parce qu’ils n’ont pas la réponse.


Alors, pour récapituler, faire des choix éco-responsables en décoration, ça passe par :

  • Le choix de la non-tendance : le fait de créer des ambiances à la fois personnalisées et atemporelles

  • Le choix des fournisseurs : matériaux, mobilier, luminaires, tissus… et ça commence par le fait de poser des questions, tout simplement. Plus on en sait sur les produits que l’on prescrit, mieux on sait répondre aux clients un temps soit peu curieux, et ça, les clients le sentent aussi.

6 comentarios


Invitado
05 dic 2022

Merci pour cet article qui nous permet de voir les projets plus long terme et ne pas se fier à la mode mais aussi au fonctionnel!

Me gusta
Coralie
Coralie
06 dic 2022
Contestando a

Avec plaisir ! La mode est éphémère, mais pas le bon goût :-)

Me gusta

Invitado
04 dic 2022

Envie de partager cet article avec mon conjoint qui impose son originalité à tous , pour autant en respectant l’environnement. Une certaine frustration peut se ressentir pour l’autre en ne se sentant pas chez soi mais chez lui , ..


Me gusta
Coralie
Coralie
06 dic 2022
Contestando a

Je ne suis pas sûre de bien comprendre, mais je suis certaine qu'avec les bonnes informations, on arrive toujours à construire ou concilier à plusieurs sur des thématiques comme celle-ci. Cela peut être abordé comme un "jeu" où chacun y trouve son compte pour un "chez soi" à tous :-)

Me gusta

Invitado
03 dic 2022

J'adore, l'atemporel, c'est exactement ce que je poursuis. Ce qui n'empêche pas la déco de vieillir, il reste quand même des choses à changer. Des dessus de lit, des tapis, le tissus en général qui s'abime. Quand nous avons acheté la maison, nous avons gardé les meubles basiques de salle de bain, mais j'avoue qu'ils sont moches, et par soucis de décroissance je ne les ai pas changés, mais j'aimerais... Alors peut-être simplement les modifier pour les rendre moins moches... Merci pour ce site et ce blog, ce sont des sujets qui m'intéressent.

Me gusta
Coralie
Coralie
06 dic 2022
Contestando a

Merci à toi pour ton retour :-) En effet, certains objets ou produits du quotidien s'abîment plus vite. Pour autant, on peut leur donner une seconde vie également. C'est ce que font certaines entreprises dont c'est le crédo, comme Tizu par exemple. De mon côté, j'ai déjà recyclé de vieux draps troués en petits pochons pour remplacer les sacs plastiques des rayons fruits et légumes. Il suffit d'être créatif !

Me gusta
Coralie Vasseur, auteure du blog de La Déco Responsable

Tu aimes ce que tu lis ?

Abonne-toi à la newsletter de La Déco Responsable

pour encore plus de conseils et de solutions durables !

Merci pour ton envoi !

bottom of page